Des mots sur mes tableaux

Publié le par chez Audrey Margeridon. Modifié le .

A l’orée des bois  (histoires bleu)
Ils sont arrivés, après de longues discussions, ils ont décidés de leur parler. Les chevreuils, les lapins, écureuils, cerfs, hippopotame, et même le coyote sont maintenant à l’orée du bois. Tout près du village, ils attendent encore un peu, le petit village va bientôt se réveiller, et alors ils leur diront, ils oseront prononcer ces mots qu’ils répètent depuis si longtemps, qui feraient de leurs vies une vie douce, sans peur et sans pleurs. Ils y croient fort, tellement fort. Mais le risque est tout proche, et peut-être fatal.

Ce doit être par là  (échappées belles)
Un retour à la maison, après des années, partie sur les routes du monde à la découverte des autres, d’autres contrées, d’autres croyances, d’autres visions. Chargées de mille souvenirs, retrouver les siens et la chaleur d’un feu.

On oublie le château  (la nature tout simplement)
Une nature luxuriante, vibrante, presque étouffante, peuplée d’une multitudes d’animaux, et végétaux. Ils sont nombreux, ils font du bruit, il les entends, mais lui, est seul, un peu désemparé, peut-être même qu’il est effrayé. Pourtant ce voyage était prévu depuis longtemps, tout devait bien se passer, mais voilà, le château qu’il devait habiter n’est plus, ou du moins est déjà occupé. Des singes, des kiwis, des oiseaux, des insectes, mais plus préoccupant une famille de panthères.
Que faire ? Repartir ou entamer le dialogue ? Une petite tasse de thé peut-être ?

Voyage entre ferme et moulin (échappées belles)
Allons voir ces fameux villages dont je te parle depuis si longtemps,
Regarde le ciel et la terre rouge des lumières et des rires de la fête
Entends le bruit des ailes des moulins dans le vent
Savoure ce moment, la nuit va être longue.

Et si elle n’avait pas tourné la tête (échappées belles)
Et si elle n’avait pas tourné la tête, j’aurais continué ma route, ma vie, je serais allé chez le coiffeur comme tous les mercredis, manger une glace comme tous les lundis, dormi dans mon lit tous les vendredis, piquer une tête tous les jeudis, jouer avec les tortues tous les mardis, et le dimanche ? Bonjour Mademoiselle !

La bande de timbre encadré 
Les timbres, ces petits morceaux de papier dentelés, illustrés, tamponnés, collés, malmenés parfois déchirés, finissent le plus souvent à la corbeille. Mais pas eux ! Cette « bande de timbre » a décidé de s’amuser…

L’abécédaire 
Un Arlequin à la Barbe, une partie de Cache-Cache, et c’est tout un Dessin qui donne l’Envie, l’envie de faire Fissa comme ces Gargouilles et la grande Haliade Illuminés comme des Jouets, ils jouent aux Kangourous et aux Lapins Mobiles, Noé, du fond de l’Orage, Perché sur Quasimodo, regarde le Rugby avec le Soldat Thibaud en Uniforme. Les Vertébrés et Wadlow, Messieurs X et les Yankees chantent ! Ils chantent l’abécédaire à l’oreille du Zèbre (qui est allé chez le coiffeur).

Promenade en noir et blanc (avec Nêne) infini de gris
Souvenirs de vacances, promenade avec les grands-parents sur les sentiers, dans les champs au milieu des arbres fruitiers, histoires au coin du feu, odeur du pain grillé et du chocolat chaud, des moments hors du temps, du bonheur en noir et blanc.

Bon voyage – Jour d’orage pour une carotte flambée 
Un tableau aux multiples acteurs, un jeune garçon, sa maman, une cuisine, une carotte flambée, un jour d’orage, une carte, des cartes, des gens, penchés, cachés, à l’envers, des lettres lumineuses d’un ancien bar d’un ancien tableau, de la colle, de l’huile, de l’eau, des au revoir, Bon voyage !

64°
Montagnes de glace, couleurs époustouflantes, silence déconcertant, bienvenue en Antarctique.

Fragments 
De nos jours, ces fragments de barques sont encore visibles, recouvertes de neige ou de terre, entremêlées d’os de baleine, terrains de jeux des manchots, elles nous rappellent les récits et incroyables exploits des navigateurs.